vivre avec
un asthme sévère à
éosinophiles

L'impact des éosinophiles sur la pathologie asthmatique

Patiente atteinte d’asthme sévère à éosinophiles
Patiente atteinte d’asthme sévère à éosinophiles

asthme non controlé rhinosinusites chroniques fonction pulmonaire altérée hospitalisations effets indésirables exacerbations sévères corticothérapie

Les éosinophiles sont un facteur clé de l'asthme sévère non contrôlé 1

Le patient atteint d’asthme sévère à éosinophiles souffre souvent :

  • d'exacerbations fréquentes nécessitant la prise de corticostéroïdes oraux et entraînant des hospitalisations 2,3
  • d'une limitation persistante flux et un piégeage aérien 4,5
  • d'un contrôle médiocre de l’asthme, malgré l’utilisation accrue de traitements 6
L’asthme à éosinophiles a un impact grave et prolongé sur les patients

Certains facteurs associés spécifiquement à l’asthme à éosinophiles incluent :

  • L’utilisation de corticostéroïdes oraux 2,7
  • La dégradation rapide de la fonction pulmonaire 8,9
  • Des rhinosinusites chroniques avec polypose nasale 10

Les risques et complications

L’asthme sévère a un retentissement majeur sur la qualité de vie

Impact sur la vie personnelle

L’impact sur la vie personnelle
  • 77% ne peuvent pas pratiquer d’activité physique1
  • 30,9% souffrent de dépression2

L'impact sur la vie professionnelle

L'impact sur la vie professionnelle
  • 20% manquent des opportunités professionnelles1
  • 12,6 jours d'arrêt de travail en moyenne/an2,3

Ce qu’il manque dans la vie d’un patient atteint d’asthme sévère

Pratiquer une activité sportive avec des amis ou la famille
77%
Avoir un animal domestique
50%
Sortir avec des amis
44%
Partir en vacances
37%
Chercher un emploi
20%
Rejoindre une école
15%
Etre promu
10%
Etudes
4%
 

Patients en France
(n=200)

Augmentation du risque d’exacerbations

Les patients atteints d’asthme sévère souffrent 5 fois plus d'exacerbations que les patients asthmatiques légers 2

Graphique risques exacerbations

Les patients atteints d’asthme sévère consomment 3 fois plus de corticoïdes oraux que les patients asthmatiques légers 1

Graphique OCS

Augmentation des hospitalisations

Augmentations des hospistalisations
Les patients atteints d’asthme sévère consultent davantage les infirmières, les médecins généralistes et les pneumologues.
Ils sont aussi nettement plus hospitalisés que les patients non-asthmatiques.

Les patients atteints d’asthme sévères ont 2 fois plus de risque d’être hospitalisés1. Les patients au stade 5 du GINA sont hospitalisés 6,5 fois en moyenne dans leur vie1. Plus les patients ont d’exacerbations, plus leur qualité de vie est impactée2.

Risques de morbidité liée aux CSO

Diminuer le Recours au corticoïdes oraux :

Un enjeu thérapeutique fort pour les patients

93% des patients asthmatiques sévères ont présenté au moins une comorbidité liée à l’exposition aux CSO

Souvent prescrits en France comme traitement d’entretien de l’asthme sévère (chez 34% des patients classifiés au stade 5 du GINA dans la cohorte COBRA1 ), les CSO sont responsables d’une augmentation significative du risque de survenue d’effets indésirables même à faible dose et en cure courte.

RISQUES DE COMPLICATIONS INDUITES PAR LES CSO*

chez des patients asthmatiques traités par CSO**
versus des patients non traités par CSO

Cataractes

 

x1,50
(IC95% ; 1,31 - 1,73)

Diabète de type 2

 

x1,26
(IC95% ; 1,15 - 1,37)

Pneumonie

 

x2,68
(IC95% ; 2,30 - 3,11)

Risques des complications induites par les CSO

Insuffisance cardiaque

 

x1,63
(IC95% ; 1,32 - 2,00)

Dépression / Anxiété

 

x1,31
(IC95% ; 1,21 - 1,41)

Ostéoporose et Fracture

 

x3,11
(IC95% ; 1,87 - 5,19)

*Schéma extrait de l'étude PRICE (Figure 2). Risques ajustés (HR,IC95%) de présenter l’évènement indésirable associée à la prise de CSO (étude de cohorte appariée de patients asthmatiques avec ou sans CSO, n=48234 patients)
**Les patients avaient reçu un minimum de 2 prescriptions de CSO dans les 18 mois

Risque de complications augmente significativement avec la dose cumulée de CSO
Augmentation du risque de complications

RISQUE SIGNIFICATIF D’APPARITION D’EFFETS INDÉSIRABLES DÈS L’EXPOSITION À UNE DOSE CUMULÉE ≥0,5g

  • Pour exemple, 0,5g cumulé est équivalent à 2 cures courtes de CSO de 5 jours chacune à 50mg/jour prescrites pour exacerbation.
En savoir plus

La prise en charge des complications liées aux CSO et des comorbidités représentent un coût non négligeable

Un patient asthmatique sévère traité à forte dose de CSO coûte 4 fois plus cher qu’un patient traité à faible dose 1 :
  • 50% des coûts sont liés à l’asthme
  • 31% de coûts supplémentaires si le patient a au moins 2 exacerbations par an
Etude sur une cohorte anglaise2 (n=7195)
Coût de la gestion des complications liées aux CSO et comorbidités

Augmentation du risque de mortalité

Le taux de mortalité cumulé sur les années 2013–2015 est plus important chez les patients asthmatiques sévères que chez les patients non-asthmatiques.

La surveillance de la mortalité liée à l’asthme est effectuée avec le CépiDc (Centre d’épidémiologie sur les causes médicales de décès de l’Inserm). Elle comprend une analyse de la mortalité par asthme (analyse en cause initiale qui ne tient compte que des décès pour lesquels l’asthme est la cause principale) et de la mortalité liée à l’asthme (analyse en causes multiples) :

  • 853 décès par asthme en France en 2015 *, soit un taux brut de mortalité par asthme : 1,47/1 000 décès

1,47 décès par asthme sur 1 000 décès par an en France *

Graphique taux mortalité